Eco/bio/veggie

Bilan du défi végane 21 jours

7 novembre 2017

Vous l’attendiez avec impatience (ou pas), voici mon bilan du défi végane de 21 jours que j’ai relevé du 1er au 21 octobre. Pendant 21 jours j’ai banni de mon alimentation tous les produits laitiers et les oeufs (et les produits qui en contiennent). Je suis végétarienne depuis bientôt 2 ans, donc la viande et le poisson ne faisait pas non plus partie de ma liste de courses. Par contre, il y a un produit que j’ai failli oublié, il s’agit du miel… Les véganes l’excluent aussi de leur alimentation, car il résulte de l’exploitation d’abeilles à qui on le vole. J’ai mis du miel sur mes tartines les trois premiers jours du défi, j’avais complètement oublié…

Pour suivre le défi, je me suis inscrite au défi collectif #defivegane21jours organisé par le festival végane de Montréal. Le fait de faire le défi en groupe apporte une certaine dynamique grâce au groupe Facebook dédié et aux e-mails quotidiens avec plein d’informations qu’on reçoit. Le prochain défi collectif aura lieu en mai, mais il est possible de le faire à n’importe quel moment. J’ai aussi lu le livre « Le défi végane 21 jours » d’Elise Désaulniers qui est vraiment très bien, même si je n’y ai rien appris de nouveau comme je suis déjà très documentée sur l’alimentation végane. Par contre je n’ai pas suivi les propositions de menus reçus par e-mail ou trouvés dans le livre. Je n’ai même pas fait un plan de menu pour la durée du défi. En fait, j’y suis un peu allée au feeling, sans grande préparation. La seule chose qui m’a beaucoup aidé, c’est le fait de ne pas avoir planifié de repas chez des amis. La situation qui est à mon avis la plus difficile à gérer quand on est végane (ou qu’on souhaite le devenir).

Ce que j’ai mangé

Ceux qui on suivi mes stories sur Instagram l’on vu, je n’ai pas mangé que des graines et du tofu 🙂 . Et je n’ai pas mangé super sainement, car je le dis et je le répète: vegan ne veut pas dire sain ! C’est clair qu’en éliminant les produits d’origine animale on évite énormément des facteurs qui pèsent sur notre santé. Mais on peut très bien se nourrir de produits exclusivement industriels. Pour ma part, je considère avoir une alimentation plutôt saine composée de beaucoup de fruits et légumes. Par contre, il m’arrive de consommer quelques plats industriels par flemme de tout faire maison. Et puis, je suis une inconditionnelle des pâtes et je pense que je consomme énormément de gluten au quotidien. Mais là n’est pas l’objet du défi (le défi sans gluten serait probablement beaucoup plus difficile pour moi).

Petit-déjeuner: tartines avec beurre d’amande et confiture quand je suis à la maison, quand je travaille ne n’ai pas faim avant midi en général.

Diner/souper/encas: pâtes, salades, polenta, légumes sous toutes les formes, soupes, lasagnes vegan, frites, quinoa, riz, popcorn, pain, guacamole, tofu, gnocchi, houmous, nuggets de soja, fruits, graines, noix, vegi burger, boulettes vegi, batonnets de soja, haricots, lentilles etc.

J’ai aussi pris de la vitamine B12 durant tout le défi. En temps normal, j’utilise simplement un dentifrice enrichi en vitamine B12, car on en trouve un peu dans les oeufs et les produits laitiers. Je vais pas m’étendre sur la nécessité des compléments alimentaires dans une alimentation végétale, je vous laisse lire cet article si ça vous intéresse.

Alors comment c’est allé ce défi ? En résumé : super bien à la maison, un peu plus compliqué à l’extérieur.

A la maison

Je me suis rendue compte qu’à la maison mon alimentation était déjà à 90% végétalienne. La seule chose dont j’ai dû me passer, c’est le fromage. Principalement celui que j’adoooooore saupoudrer sur mes pâtes. Et aussi quelques produits qui peuvent contenir du lait ou des oeufs, comme certaines sortes de darvida, les spätzlis, les pâtes fraiches et la mayonnaise. Heureusement il existe plusieurs sortes de darvida véganes (même si ce n’est pas  mentionné), des pâtes fraiches sans oeufs et une super nouvelle mayonnaise sans oeufs de la marque Thomy (marque que je boycotte un temps normal, mais là c’est plus fort que moi!). A la maison je n’ai donc quasiment pas dû changer mes habitudes, mis à part pour le miel que j’ai simplement remplacé par de la confiture durant le défi. Donc voilà, chez moi je peux être végétalienne sans aucun souci !

Au restaurant

C’était un peu plus dur dès que je sortais de chez moi. Il faut dire que je ne me suis pas très bien organisée. J’aurais très bien pu préparer mes repas de midi à l’avance, mais comme souvent, j’avais la flemme 🙂 . Durant mes pauses de midi je me suis donc principalement nourrie de pain, houmous et salade de carottes. Un combo que j’aime beaucoup heureusement. Les sandwichs véganes sont encore rares, mais on en trouve quelques uns au rayon frais de la Coop. Sinon au restaurant c’était très différent d’un endroit à l’autre. L’un des premiers soirs du défi nous sommes allés dans un restaurant spécialisé dans les burgers. J’avais regardé la carte à l’avance et vu qu’ils proposaient un burger végétarien. J’ai demandé en quoi consiste la galette du burger et ils m’ont dit que c’était juste des légumes. Ils n’avaient d’ailleurs jamais entendu parler du mot vegan… J’ai donc demandé le burger végétarien sans fromage et sans sauce, j’allais ajouter moi-même un peu de ketchup. Quelle déception quand j’ai reçu l’assiette : quelques légumes cuits à la vapeur posés entre deux tranches de pain burger, accompagné de frites et d’une salade recouverte d’une sauce française. Je n’avais pas pensé à la sauce à salade qui n’était clairement pas végane, ni au pain burger qui était probablement laqué au jaune d’oeuf… Bref, j’ai quand-même mangé, car j’avais faim et que je n’ai pas osé rendre mon assiette pleine. Dans les autres restaurants ça c’est beaucoup  mieux passé. Une belle découverte a été la carte d’un restaurant où j’ai l’habitude d’aller qui a maintenant deux menus végans à la carte. Signe que la demande augmente et que les restaurants commencent à s’adapter. Un gros défi a également été un séminaire professionnel de deux jours dans un hôtel. Cette fois-ci j’ai téléphoné à l’avance et j’ai annoncé que j’étais végétarienne et intolérante au lactose et aux oeufs (c’est plus facile à expliquer que vegan… et malheureusement encore bien mieux accepté). Du coup mes menus étaient adaptés et j’ai même mangé le meilleur plat de tofu de ma vie : du tofu fumé avec des chanterelles sur lit d’épinards et ébli. L’assiette sentait tellement bon, que mes collègues louchaient tous sur mon plat.

En tant qu’invité

Comme je l’ai dit plus haut, je n’avais pas d’invitation chez des amis ou la famille durant le défi. Je pense que ça aurait été la situation la plus dure à gérer. Et j’ai même peur que si je devenais vegan, plusieurs de mes amis hésiteraient à m’inviter par peur de ne pas savoir quoi cuisiner.

Bilan

Je tire donc un bilan plus que positif de ce défi, malgré quelques ratés. Dans la société actuelle il faut encore une sacrée volonté pour franchir le pas du véganisme. Mais les choses sont entrain de changer et je suis certaine que les prises de conscience sont entrain de se faire. Je suis même profondément convaincue qu’un jour nos enfants, ou petits-enfants, nous demanderont comment nous avons pu accepter et soutenir toutes ces horreurs faites aux animaux pour notre simple plaisir (goût, divertissement, mode, etc.).

C’est des belles paroles tout ça, mais est-ce que je suis végane maintenant ?

Non… et en répondant ça, une partie de moi a honte. Honte de continuer à consommer des produits issus de l’exploitation animale en toute connaissance de cause. Mais une autre partie de moi a besoin de souffler un peu. La consommation consciente et éthique demande une vigilance constante : lire les étiquettes, se renseigner, chercher des alternatives, se remettre en question, etc. Même si ce sont des choses que j’aime faire, cette pression de toujours vouloir bien faire, mine parfois mon moral… J’ai lu qu’on ne peut pas être vegan à 100%, c’est juste impossible. Alors à l’image du petit colibri, pour le moment, je me contente de faire ma part, je fais du mieux que je peux. Et je me dis que si tout le monde faisait déjà du mieux qu’il peut, le monde irait bien mieux. Ce qui est certain, c’est que je continue mon chemin, à mon rythme, avec pour objectif final de devenir végane quand ce sera devenu plus simple en société. En attendant je participe au changement, en votant 3 fois par jours au travers du contenu de mon assiette, même si je ne peux pas me vanter d’être tout le temps cohérente.

Ca vous arrive aussi d’être tiraillé entre vos choix éthique et le besoin de lâcher prise ? Faut-il être parfait pour vouloir s’engager ? Que pensez-vous de mes réflexions à ce sujet ?

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Vous aimerez aussi

10 Commentaires

  • Répondre Virginie 7 novembre 2017 at 16 h 51 min

    Bravo d’avoir relever ce défi!
    Et ta conclusion me va bien aussi 😉 Chacun fait sa part!
    Bisous
    Virginie

    ps: prochain challenge ensemble alors? 😉

    • Répondre tina 14 novembre 2017 at 22 h 31 min

      Merci Virginie, oui volontiers pour un challenge ensemble! Top motivée!

  • Répondre Sophie 14 novembre 2017 at 23 h 24 min

    Bravo d’avoir ne serait-ce qu’oser relever le défi 🙂 Je suis moi-même vegan, et même si mon changement a été fait du jour au lendemain sans aucun craquage, je comprends que ce ne soit pas facile pour tout le monde ! Mais que tu retournes à une alimentation non vegan ou non, l’important c’est d’avoir essayé, d’avoir ouvert ton esprit 🙂 C’est déjà un bon début !

    • Répondre tina 15 novembre 2017 at 15 h 46 min

      Salut Sophie, merci pour ton commentaire. Bravo pour ce choix! Je pense sincèrement que les vegans sont des révolutionnaires!

  • Répondre unadamantinderoses 15 novembre 2017 at 15 h 13 min

    Génial que tu aies tenu 21 jours. Ça n’a pas dû être évident. J’aurai sûrement aussi oublié pour le miel. J’aime tellement les aliments de la ruche. Pour ma part je ne suis pas vegan. Je ne mange pas de viande depuis plus d’un an. Je mange toujours de temps à autre du poissons mais je me prépare souvent des plats complètement vegan mais je trouve que c’est quand même trop extrême. J’aime beaucoup le fromage et le miel ! Et en plus en renoncant à la viande, je mets les personnes qui m’invitent dans la difficulté. On me le fais souvent ressentir. Ce n’est pas toujours évident.
    Bonne journée et merci pour ce partage

    • Répondre tina 15 novembre 2017 at 15 h 48 min

      Hello! C’est vrai que le côté social n’est pas tout simple, c’est pour ça que je n’arrive pas encore à franchir le pas. Par contre je ne peux pas dire que ce soit extrême d’être vegan. C’est plutôt ce que l’on fait subir aux animaux qui est extrême. Heureusement que les mentalités évoluent. Bonne journée et merci pour le commentaire!

  • Répondre Franca 16 novembre 2017 at 12 h 49 min

    Tu as très bien exprimé le fait que c’est difficile de respecter tout à fait le vegan. Il y a du progrès mais c’est pas encore ça. Moi je suis juste végétarienne car j’aime trop le miel et les yogourts.

    • Répondre tina 16 novembre 2017 at 16 h 32 min

      Salut Franca, merci pour ton commentaire. Personnellement je ne peux pas dire que je consomme du miel ou du fromage parce que j’aime trop ça (même si effectivement j’adoooore ça). C’est plutôt que je ne suis pas encore prête à y renoncer par souci que ma vie sociale en pâtisse… Bonne soirée 🙂

  • Répondre Charlotte Bovigny 20 novembre 2017 at 22 h 45 min

    Super joli blog qui donne envie de lire et pas déçue du contenu!
    Très intéressant ton défi Végan…. malgré que je ne pourrais pas le faire. J’ai commencé à m’orienter vers le végétarisme en début d’année et finalement je m’en sors plutôt bien (Mais je mange encore du poisson de temps en temps… par peur d’embêter les hôtes lors d’invitation…) Mais j’avance à mon rythme.
    Chapeau pour ton défi et au plaisir de te relire

    • Répondre tina 24 novembre 2017 at 10 h 09 min

      Merci beaucoup pour ton commentaire et compliment! Je file voir ton blog!

    Laisser un commentaire