Eco/bio/veggie

Défi végane 21 jours – FAQ

11 octobre 2017

Si vous me suivez sur Instagram (quoi, ce n’est pas encore le cas ? alors file, c’est par là -> lumai_blog), vous avez pu voir que je participe actuellement au défi végane 21 jours organisé par le festival végane de Montréal. J’en suis actuellement à mon 11ème jour d’alimentation végane et ça se passe très bien, mise à part un petit raté avec une sauce à salade en début de défi… Je suis donc à mi-parcours et je me suis dit que ce serait bien de faire une petite compilation des questions qu’on me pose souvent au sujet de ce défi. Je précise que je suis végétarienne depuis environ un an et demi et que j’avais déjà une alimentation avec très peu de produits laitiers et d’oeufs avant le défi. Allez c’est parti.

Pourquoi tu fais ce défi, alors que tu t’alimentes déjà quasiment de manière végane ?

D’abord parce que j’aime les défis 🙂 Et j’aime surtout les faire en communauté, même si elle n’est que virtuelle, comme je l’avais fait pour la détox au sucre dont je vous parlais dans cet article. Mais bien sûr aussi pour voir si je peux me tenir à une alimentation 100% végétalienne durant 21 jours de suite et de me rendre compte des difficultés que l’on peut rencontrer au quotidien, en particulier hors de chez soi.

Est-ce que vous faites le défi en famille ?

Non, mon mari et mes enfants ne sont pas végans, ni-même végétariens. Mais comme c’est moi qui fait les courses et qui cuisine, eh bien ils mangent ce qui se trouve dans leurs assiettes. Il est clair que pendant le défi, je cuisine exclusivement des repas végans. Ca ne les empêche pas de mettre du fromage rappé sur leurs pâtes (et moi de les envier un peu…).

Est-ce que tu étends aussi le défi à d’autres domaines que l’alimentation ?

Oui, et je le fais de toute façon. Je trouve qu’il est beaucoup plus simple de renoncer au cuir et à la laine qu’au fromage ! Dès le début de ma prise de conscience au sujet de ces industries, je n’ai plus racheté de vêtements fabriqués avec des produits issus de l’exploitation animale. Je n’ai pas pour autant jeté mes baskets en cuir fétiches, mais je trouve que c’est très simple de trouver des alternatives. Le seul problème c’est que les alternatives au cuir sont souvent en plastique, produits dans des conditions déplorables… Du coup, si je devais m’acheter une nouvelle paire de baskets, je choisirais un modèle d’une marque à l’éthique irréprochable comme cette jolie paire de la marque Veja. Pour les produits cosmétiques un label « cruelty free » est de toute façon indispensable et je ne mettrai jamais plus les pieds dans un cirque (et je ferai tout pour que mes enfants n’y aillent jamais non plus). Pour les zoos, je n’ai pas encore poussé assez loin mes recherches.

Alors c’est difficile ?

A la maison c’est très facile ! Je fais mes achats et ma cuisine en conséquence. A l’extérieur c’est plus difficile. Au restaurant, il est plus simple de dire que l’on est intolérant au lactose ou allergique aux oeufs pour être sûr de ne pas se retrouver avec de la mayonnaise dans la sauce à salade (comme ça m’est arrivé…). Et on oublie tous les petits détails : les noisettes qui ont peut-être été caramélisés dans du beurre, les pâtes qui peuvent contenir des oeufs, le pain burger qui est laqué au jaune d’oeuf… Bref, j’ai décidé de ne pas pousser l’expérience à l’extrême et de demander chaque détail au serveur. Je demande un plat végétarien, sans lactose et c’est déjà pas mal. Sinon, j’ai eu l’énorme surprise de découvrir deux nouveaux plats végans sur la carte d’un restaurant que j’aime beaucoup. Signe que ça se démocratise de plus en plus.

Tu comptes rester végane après le défi ?

Non, je ne pense pas à 100%. J’aimerais rester végane le plus possible à la maison. Et au restaurant, je vais essayer de prendre systématiquement les options véganes quand c’est possible. Mais je suis pas encore prête à refuser une invitation à une raclette entre amis, le côté social est encore trop important pour moi. Mais peut-être que ça changera quand de plus en plus de personnes deviendront végétariennes ou véganes. J’ai l’impression que les prises de conscience sont entrain de se faire.

Et la question que l’on pose le plus à mon mari: Ca va toi ? C’est pas trop difficile avec ta femme qui mange que des graines ?

Alors mon mari pourra vous confirmer que je suis loin de ne manger que des graines. Il a d’ailleurs dévoré les derniers cookies végans que j’ai préparé. Mais je ne lui impose rien, il se commande des fois des sushis et prends de la viande au restaurant. Je ne lui fais aucun reproche, ni même de remarque. Mais j’ai été très touchée quand dernièrement il a spontanément saupoudré ses pâtes de levure maltée au lieu de fromage. Il me soutient dans ma démarche et je n’ai pas l’impression qu’il en souffre, bien au contraire.

Si vous avez envie de voir ce que je mange mise à part des graines et des cookies, je vous invite à regarder ma story sur Instagram. Je poste presque tous mes menus et aussi un bilan à la fin de chaque journée. Bien sûr, je rédigerai aussi un article complet à la fin du défi.

Vous avez d’autres questions à me poser ? N’hésitez pas !

Vous aimerez aussi

2 Commentaires

  • Répondre Virginie 12 octobre 2017 at 10 h 05 min

    Bravo pour ce challenge!
    C’est très inspirant de suivre ton expérience sur Instagram!
    Gros becs
    Virginie

    • Répondre tina 13 octobre 2017 at 10 h 02 min

      Merci Virginie 🙂

    Laisser un commentaire