La vie Les trucs de maman

La charge mentale

10 mai 2017

Aujourd’hui j’ai eu une révélation en lisant une BD qui circule sur Facebook. L’auteure a mis un nom sur quelque chose que j’essaye d’expliquer depuis longtemps à mon mari sans jamais y arriver: la charge mentale. Il s’agit en faite de toutes les tâches invisibles qu’on réalise pour organiser notre vie de famille. On ne parle pas ici des tâches à proprement parler comme faire la vaisselle ou sortir les poubelles, mais bien de celles qu’on ne voit pas au quotidien mais qui sont tout aussi importantes comme prendre rendez-vous chez le médecin pour les vaccins, trouver une manière judicieuse pour renouveler la garde-robe des enfants, penser à changer les draps (je parle bien d’y penser et non pas de le faire!), ne pas oublier d’acheter un cadeau pour la maitresse, inscrire les enfants à des activités, etc. Ca vous dit quelque chose ?

Extrait de la BD, cliquez sur l’image pour la voir en entier.

Après quelques recherches et discussions avec des collègues, je me rends compte que ce problème est récurrent et que cette charge est portée dans la très grande majorité des cas par des mamans. Pourquoi ? Est-ce inné ? Je ne crois pas… Je pense plutôt que ça a avoir avec le fait qu’on a grandi avec des stéréotypes du style de maman organise la fête d’anniversaire et papa construit le nouveau jouet Lego reçu. J’imagine bien que la répartition des tâches est souvent un sujet de dispute dans les couples avec enfants, même si de nos jours on trouve pleins de papas qui sont très investis dans les tâches ménagères. Mais il reste à mon avis un énorme fossé pour ces tâches invisibles qui, cumulées, peuvent peser très lourd sur une seule personne et engendrer un véritable stress.

Alors que peuvent faire nos hommes pour nous aider ? Je pense qu’en premier lieu, c’est à nous de lâcher prise. Car nous avons quand-même une fâcheuse tendance à vouloir tout contrôler (quoi, pas vous???). Et les papas ont souvent une autre manière de faire, pas forcément moins bonne que la nôtre, juste différente. Il faut pouvoir accepter que les chaussettes ne soient pas pliées bien à plat comme nous savons si bien le faire, ou qu’on sorte en balade sans avoir pris de quoi grignoter, une gourde, de l’arnica pour les bobos et toutes ces choses qu’on pense si importantes. Lâcher prise, ça semble si simple et si logique, pourtant c’est tellement difficile. Mais si on y arrive, les hommes n’auront plus d’excuse pour prendre leurs responsabilités et nous décharger en partie de ces tâches invisibles. Je pense qu’il faut chercher le dialogue avec son conjoint et définir les tâches que l’on peut/veut déléguer. Le concept peut paraître flou pour les hommes, dans ce cas n’hésitez pas à leur faire lire la BD que j’ai mis en lien plus haut.

Qu’en pensez-vous ? Souffrez-vous aussi de cette charge mentale ? Ca me ferait plaisir d’avoir votre avis 🙂

PS: Dans cet article je parle beaucoup d’hommes qui font ci et de femmes qui font ça. Ce n’est pas pour renforcer les stéréotypes et je ne voudrais blesser aucun genre avec ces mots. Mais il est statistiquement prouvé que les femmes consacrent encore 2.5 fois plus de temps au tâches ménagères (visibles et invisibles) que les hommes. Et je pense que c’est aussi un trait de caractère très récurrent chez les femmes de vouloir tout contrôler.

La photo est de Glenn Carstens-Peters trouvée sur Unsplash.

Vous aimerez aussi

4 Commentaires

  • Répondre Virginie 11 mai 2017 at 14 h 07 min

    Coucou,
    Merci car c’est grâce à toi que j’ai réussi à mettre un nom sur cette manie de devoir penser à tout.
    Comme chez toi, ce concept est peu familier à mon mari… Je ne suis pas sûre que ce soit un stéréotype mais, pour ma part, j’ai une grande envie de bien-faire et d’éviter les coups de stress inutiles. Alors j’anticipe et pense à tout. Pour le bonheur de tous, enfin je crois.
    Bien évidemment, cela arrange mon chéri même s’il fait beaucoup à la maison.
    Je crois qu’effectivement, la solution serait aussi d’accepter de ne plus tout contrôler… Pas facile… Cela s’apprend, de lâcher-prise.
    Il me semble que ce commentaire n’a ni queue ni tête… 😉
    Bref, heureuse de voir que je ne suis pas seule dans cette situation.
    Becs
    Virginie

    • Répondre tina 11 mai 2017 at 15 h 19 min

      Hello! Ca fait tellement du bien de ne pas se sentir seule 😉 J’ai entamé la médiation pour apprendre à lâcher prise et j’ai l’impression que ça commence à porter ses fruits… J’en dirai plus, prochainement dans un article. Becs!

  • Répondre Anne-Laure 11 mai 2017 at 16 h 17 min

    Hello,
    Pas plus tard que dimanche soir je prenais mon homme par la main pour faire avec lui le tour de la maison en verbalisant tout ce que je voyais à faire et ce que je pensais à ne pas oublier. Ceci, afin qu’il comprennne ce qui se passe dans ma tête et à quel point c’est lourd à porter. Je lui parlais d’esprit d’initiative, de bon sens, de responsabilité, d’investissement, … sans réussi à trouver le bon mot!! Lui, me regardait en me prenant pour une « folle » maniaque!!
    Bref je suis maman quoi…
    Maintenant je lui faire lire et relire la BD

    • Répondre tina 11 mai 2017 at 17 h 42 min

      Salut Anne-Laure, merci pour ton commentaire! On dirait en effet que c’est un concept que beaucoup d’hommes ont de la peine à comprendre, mais dont énormément de femmes souffrent… La BD peut aider, effectivement. Elle a fait son petit effet sur mon mari en tout cas… Courage!

    Laisser un commentaire