Les trucs de maman

La méthode d’éducation CTFD

4 septembre 2017

Ces derniers temps on a pu lire sur la blogosphère plusieurs articles plutôt critiques sur l’éducation bienveillant et certaines blogueuses ont même exprimé leur ras-le-bol du matraquage publicitaire à ce sujet.  L’article de ShivaMama a reçu presque 600 commentaires (y compris ses réponses). C’est dire à quel point le sujet déchaine les foules. Quelques mois plus tôt, Therese and the kids, une blogueuse Suisse que j’aime beaucoup, racontait dans son article les difficultés qu’elle rencontre à appliquer les principes de cette éducation qu’elle souhaiterait donner à ses enfants. Je me trouve dans la même situation. J’ai lu tous les livres d’Isabelle Fillozat, participé à un atelier de Faber et Mazlish pour améliorer la communication avec mes enfants et même étudié le cerveau des enfants dans un livre assez technique dédié à ce sujet. Je trouve toutes les approches très intéressantes et pleines de bon sens. Les découvertes faites par les neurosciences sont éloquentes et je suis 100% pour une éducation douce et sans violence, qu’elle soit physique ou verbale. Je me rappelle de cette phrase qui m’avait beaucoup marquée et dont j’avais parlé dans un précédent article: « Pourquoi appellerait-on AGRESSION le fait de taper un adulte, CRUAUTÉ le fait de frapper un animal, mais ÉDUCATION le fait de frapper un enfant? ». Dernièrement quelqu’un m’a dit: L’éducation d’aujourd’hui se veut trop bienveillante, le monde est dur et on ne prépare pas les enfants à l’affronter. Mais réfléchissons un peu à l’éducation qu’ont reçu ceux qui font le monde aujourd’hui. Certainement pas une éducation malveillante, mais avec des principes bien différents d’aujourd’hui et une violence considérée comme tout à fait normale. Nos enfants sont l’avenir, alors si on peut leur enseigner la bienveillance, peut-être que le monde sera un peu meilleur. Qui sait. Ce serait bien non?

Mais voilà, dans les faits, dans le feu de l’action du quotidien, il m’arrive encore souvent des laisser tomber tous ces beaux principes d’éducation au profit d’une bonne gueulée ou d’un tirage d’oreille immédiatement suivi par son lot de culpabilité… Mais pourquoi je n’ai pas réussi à garder mon calme? Pourquoi je n’ai pas plutôt pensé à me connecter au cerveau droit de mon enfant pour le rediriger sur l’explication logique de son cerveau gauche (euuuhh qui arrive vraiment à faire ça svouplait?)… Toutes ces belles techniques apprises dans les livres ou les ateliers prennent la poudre d’escampette quand je suis moi-même submergée par mes émotions et qu’éclate en moi la fameuse colère. La bienveillance c’est super, mais tellement culpabilisant quand on arrive pas à le rester. Alors pour ne pas sombrer dans la dépression « momfail » il faut prendre conscience que la bienveillance commence avec soi-même! Et j’irai même plus loin, il faut apprendre à se foutre la paix! Comme l’explique si bien Fabrice Midal dans le livre dont je vous ai parlé dans mon article sur mes favoris du mois de juillet.

C’est là qu’intervient donc cette fameuse méthode CTFD dont je voulais vous parler. Aucun mérite pour moi, je ne l’ai pas inventée. Mais n’ayant pas trouvé d’article à ce sujet en français, je vous fais cadeau de la traduction de cette méthode éducative qui fait du bien! CTFD ça veut tout simplement dire « Calm the fuck down« . En d’autres termes: calmes-toi, lâches du lest, relax max. Cette technique à été présentée par David Vienna, un papa blogueur américain et il assure que grâce à elle, nos enfants seront de bons étudiants et loyaux citoyens. Voici quelques exemples qu’il cite:

  • Ca vous inquiète que le fils de votre amie a appris l’alphabet plus rapidement que le vôtre? Calm the fuck down!
  • Vous avez peur de ne pas pouvoir transmettre la sagesse nécessaire dont votre enfant aura besoin à l’école et après? Calm the fuck down!
  • Ca vous inquiète que vous ne soyez pas le genre de parent que vous auriez voulu être? Calm the fuck down!
  • Ca vous fâche que votre enfant ne montre pas d’intérêt dans certains domaines? Calm the fuck down!
  • Ca vous embrasse que votre enfant ait certains comportements en public que vous trouvez inappropriés? Calm the fuck down!

J’ajouterai encore quelques exemples de ma propre création:

  • Ca vous inquiète que votre enfant soit le seul à ne pas réussir à faire du vélo sans petites roues directement après la draisienne? Calm the fuck down!
  • Ca vous stresse que vous n’ayez pas bien profité de l’été pour entrainer votre enfant au pot? Calm the fuck down!
  • Vous avez peur de ne pas assez encourager vos enfants à faire x activités? Calm the fuck down!
  • Tout le monde parle de la pédagogie Montessori, mais vous n’y voyez pas l’intérêt? Calm the fuck down!
  • Vous avez cédé pour l’achat d’une glace alors que vous aviez dit après le dessert de midi que les sucreries c’était fini pour aujourd’hui? Calm the fuck down!

Vous l’aurez compris cette méthode est simple et déclinable à l’infini. Il suffit de suivre ces étapes:

  1. Calm the fuck down
  2. Il n’y a pas de deuxième point

Elle permet de relâcher la pression et de se rendre compte que notre enfant nous aime inconditionnellement même s’il ne maitrise pas encore l’alphabet. Ce sont les mots de David Vienna et même si on y trouve une pointe de sarcasme, cela me rappelle que des fois il suffit de se foutre la paix pour retrouver la paix.

Qu’en pensez-vous? Des adeptes?

La photo est de Diana Feil, trouvée sur Unsplash.

EnregistrerEnregistrer

Vous aimerez aussi

33 Commentaires

  • Répondre Sametsatribu 5 septembre 2017 at 13 h 43 min

    Je suis dans le même état d’esprit que toi et je tente de dédramatiser mes colères, celles qui explosent quand ça fait la ……. fois de la semaine, journée, heure que tu répètes gentiment le pourquoi du comment de ce que tu demande à ton enfant de faire ou pas faire…
    Allé, ils ne seront pas en psychanalyse pour autant!

    • Répondre tina 5 septembre 2017 at 22 h 01 min

      Je pense qu’il est nécessaire d’exploser de temps en temps et que c’est tout à fait normal 🙂 Merci pour ton commentaire!

  • Répondre Radelfinger Joëlle 5 septembre 2017 at 14 h 11 min

    J’aurais écris exactement les mêmes ctfd que toi😁.

    • Répondre tina 5 septembre 2017 at 22 h 02 min

      Hahah c’est vrai? Comme quoi on a tous les mêmes « pseudo » soucis 🙂

  • Répondre Maman Sur Le Fil 5 septembre 2017 at 14 h 25 min

    Mais je trouve cela top ! Et j’en aurais bien besoin tiens ! Lâcher du lest, lâcher du lest, lâcher du lest pourrait être le leitmotiv version française !

    Merci pour cette découverte !

    Virginie

    • Répondre tina 5 septembre 2017 at 22 h 02 min

      Avec plaisir Virginie! Bonne nuit!

  • Répondre Anne 5 septembre 2017 at 16 h 54 min

    Super ton article! C’est vrai qu’en tant que parent on projette beaucoup d’attentes sur nos enfants (ici à 4 ans il ne dessine toujours pas de bonhomme), mais on oublie de voir ce qu’ils savent déjà et de valoriser ces acquis.

    • Répondre tina 5 septembre 2017 at 22 h 03 min

      Il ne sait pas encore dessiner des bonhommes à 4 ans? Calm the fuck down! hahaha, ça marche pour tout, c’est ça qui est cool 🙂

  • Répondre Cendra 5 septembre 2017 at 19 h 02 min

    Ton article me parle énormément! On oublie souvent je crois que la bienveillance doit commencer par soi même, et d’ailleurs c’est évident que des enfants ayant des parents plus relax seront eux même plus relax. J’ai beaucoup beaucoup (beaucoup) de mal à être zen mais je travaille sur ça, j’espère un jour pouvoir appliquer le CTFD sans problème.

    • Répondre tina 5 septembre 2017 at 22 h 05 min

      Je te rassure, moi aussi j’ai beaucoup de mal à être zen… Mais je n’essaye pas d’être zen à tout prix, dès fois il faut laisser sortir sa colère (avec le plus de bienveillance possible) et c’est normal je pense… Merci pour ton commentaire!

  • Répondre Sabrina 5 septembre 2017 at 19 h 34 min

    Ok sur le principe, mais les exemples cités me semble un peu futiles et pour mon compte je trouve plutôt facile de réagir en CTFD dans ce genre de situations. Et s’il fallait mettre en pratique cette « astuce » à chaque caprice ou à chaque chose que notre enfant ne fait pas de façon espérée , ca voudrait pas aussi dire éducation laxiste? Je ne suis pas convaincue que ce soit LA solution à tout mais par moment ça déculpabilise de lâcher du l’est et ne pas être une maman (ou un papa) parfait(e).

    • Répondre tina 5 septembre 2017 at 22 h 07 min

      Bien sûr, il faut prendre tout ça avec une pointe d’humeur… L’idée de l’article c’est justement de dédramatiser un sujet qui nous affecte forcément en tant que parents. Merci pour ton commentaire!

  • Répondre Valentine 5 septembre 2017 at 21 h 32 min

    Il faudrait en faire un poster !
    Bravo pour l’article !

    • Répondre tina 5 septembre 2017 at 22 h 07 min

      Hahah bonne idée Valentine! Je pourrais en faire un à télécharger 🙂

  • Répondre Claire 5 septembre 2017 at 21 h 58 min

    Je suis bien d’accord que la bienveillance commence avec soi même.
    J’applique déjà cette méthode de de CTFD sans le savoir 🙂
    Moi c’est le livre des 4 accords Toltèques qui m’a marqué et notamment : toujours faire de son mieux.
    Et le mieux d’aujourd’hui ne sera pas le mieux de demain.
    En fait, je comprends pas trop tout ces articles qui remettent un peu en question l’éducation « bienveillante » et vrai je préfère ludique ou créative. On ne peut pas changer tout un mode de fonctionnement du jour au lendemain et nous ne sommes pas parfait (et tant mieux d’ailleurs). Alors pourquoi se mettre tant de pression ?
    On sais vers quoi tendre et c’est super. plus on sera zen et calme avec nos enfants et mieux c’est mais les enfants sont résilient. Ils sont capable de surmonter des difficultés (même si c’est quand même mieux si on leur charge pas trop la mule! )
    Enfin, je suis bien d’accord que le lâcher prise est la clé (et ça ne veut pas dire être laxiste hein! )

    • Répondre tina 5 septembre 2017 at 22 h 08 min

      Salut Claire, merci pour ton commentaire. Alors « toujours faire de son mieux » c’est aussi quelque chose qui me parle énormément. Je vais me renseigner sur ce livre, merci!

  • Répondre Audrey 6 septembre 2017 at 7 h 06 min

    Salut Tina! Merci pour ce partage, je ne connaissais pas. Pour moi la bienveillance est une attitude, un état d’esprit effectivement difficile à mettre en place et à maintenir constamment, Elle nécessite de l’entraînement.
    Avec toute la littérature autour du sujet, j’ai souvent l’impression de retrouver l’essence de bouquins de management… et quand on travaille avec « l’humain », il n’y a rien de plus difficile!
    pour moi ce qui marche le mieux c’est l’adaptation de l’environnement: quand l’enfant peut faire seul, il y a moins de frustration, de colère. Il se responsabilise et comprend qu’il est Maitre de la « couleur » de ses journées. le parent est complétément épaulé par l’environnement mis en place à la maison. non seulement il résoud de lui Même les 3/4 des conflits mais pour tous ceux restant, le matériel rappelle à l’adulte la nécessité d’adapter ses réactions face à un enfant 😉
    Et puis craquer c’est aussi montrer à l’enfant que tout le monde fait des colères, c’est sain ! Et qu’en étant adulte on apprend à les faire sans taper, ne dire des méchancetés … c’est un bon exemple non? 😉

    • Répondre tina 6 septembre 2017 at 9 h 30 min

      Salut Audrey, tout à fait d’accord avec toi! Ce sont les principes de la pédagogie Montessori à laquelle j’adhère entièrement. On fait du mieux qu’on peut, c’est sûr. Les enfants aussi font du mieux qu’ils peuvent, avec les moyens qu’ils ont et aussi les références qu’ils ont, donc autant être un bon exemple 🙂 Montrer ses faiblesses en fait partie aussi je pense. Bonne journée!

  • Répondre Delphine 6 septembre 2017 at 9 h 16 min

    Bonjour Tina,
    Je viens de découvrir ton blog grâce à Isaline de Thereseandthekids que je suis sur Instagram. Cet article me parle tellement, la colère qui éclate trop vite, trop souvent. On a tellement envie de l’enfouir à tout jamais, de la laisse au bord du chemin et de partir sans, mais elle est toujours là, me lache pas…

    « Ca vous inquiète que vous ne soyez pas le genre de parent que vous auriez voulu être? Calm the fuck down! »

    Cela va être mon mantra du jour, de la semaine voir même du moi !!!!

    Merci pour ce moment de découvert.

    Delphine

    • Répondre tina 6 septembre 2017 at 9 h 35 min

      Salut Delphine, merci pour ton commentaire. C’est tellement difficile de contrôler sa colère, mais je pense que tant qu’elle n’est pas violente (ou le moins possible) elle doit sortir. Les enfants ont aussi des colères et je ne pense pas qu’il faut à tout prix les éviter, juste essayer de les gérer. C’est un super mantra en tout cas c’est vrai 🙂 Bonne journée!

  • Répondre Emilie - Mamandeteste.com 6 septembre 2017 at 11 h 41 min

    Superbe article Tina! Merci pour le partage (je ne connaissais pas le concept ni son auteur) et pour la bonne dose de déculpabilisation!
    Mais il paraît une semaine trop tard…j’en aurais bien eu besoin il y a 10 jours quand je me suis retrouvée seule avec les deux enfants lorsque mon homme a repris le travail…et accessoirement avec Numéro 1 qui a choisi pile ce moment-là pour arrêter de faire ses siestes… 😬 Autant dire que j’a beaucoup crié et que je me suis voulu à mort!
    Bises
    Emilie

    • Répondre tina 6 septembre 2017 at 11 h 47 min

      Merci Emilie c’est gentil! Depuis que mon fils ne fait plus la sieste, je lui demande faire le repos pendant la sieste de la petite. Il doit s’occuper un moment tout seul dans sa chambre, tranquillement. Je lui explique que même s’il n’est pas fatigué, maman a besoin de faire le repos. Au début, c’était pas facile, mais il a pris l’habitude et maintenant il s’occupe sans souci durant 1 heure de temps. Courage!

  • Répondre melmelboo voyage 6 septembre 2017 at 15 h 12 min

    Je valide ! A mettre en application dans… ah tiens ! Maintenant 😀

    • Répondre tina 6 septembre 2017 at 21 h 16 min

      Allez, on s’y met tous 🙂

  • Répondre Nicoline 6 septembre 2017 at 15 h 16 min

    Un article qui résume très bien la clé de l’éducation, réfléchir, se poser, aimer et déculpabiliser.

    • Répondre tina 6 septembre 2017 at 21 h 17 min

      Merci 🙂

  • Répondre Melly 6 septembre 2017 at 16 h 27 min

    Je n’en suis pas encore là, ma fille n’a que 5 mois mais ça me parle déjà. Je pense que partir sur un mode d’éducation bienveillante est une très bonne chose mais il ne faut pas vouloir être parfait ! Il y a forcément des moments où on va déraper et je ne pense pas que ce sont ces moments qui vont faire de nos enfants des petits monstres.

    • Répondre tina 6 septembre 2017 at 21 h 18 min

      Ah oui, à 5 mois on a d’autres soucis 😉 Personne n’est parfait de toute façon, ce serait même un peu chiant non?

  • Répondre Cleophis 6 septembre 2017 at 16 h 46 min

    J’adore cette méthode, merci!! Plus sérieusement, j’avais beaucoup de principes quand j’ai eu mes enfants et avec le temps, j’apprends à lâcher du leste. Mes enfants ne sont pas tels que je les imaginais? Tant mieux, qu’ils grandissent comme ils le veulent, je les regarde pousser avec amour et c’est bien moins stressant et culpabilisant!!

    • Répondre tina 6 septembre 2017 at 21 h 19 min

      Tes enfants ne sont pas tels que tu les imaginais? Calm the fuck down 😉

  • Répondre Aurélie 8 septembre 2017 at 10 h 30 min

    Je découvre votre blog aujourd’hui, avec ce bel article : merci !
    c’est tout à fait ça : parfois, en voulant absolument être bienveillants avec ses enfants, on en oublie d’être bienveillant envers soi-même.
    Nous sommes humains (nos enfants s’en rendent compte bien assez tôt !), nous avons nos défaillances et je crois que c’est aussi de l’éducation bienveillante que de montrer à nos enfants que nous nous acceptons nous-mêmes, avec nos faiblesses et nos erreurs. Ils en auront aussi besoin !

  • Répondre Sikaliv 5 octobre 2017 at 15 h 13 min

    J’adhère à 100%..
    Et je vais arrêter de me mettre trop la pression, je crois que je vais moins suivre le blog de famille épanouie aussi et venir davantage ici😋

    • Répondre tina 6 octobre 2017 at 9 h 58 min

      Hello! C’est vrai que les blogs axés sur la parentalité positive peuvent être frustrant à la longue, hahaha… En tout cas je suis heureuse de t’avoir parmi nous!

    Laisser un commentaire