Pourquoi les yogis sont végétariens ?

par | 26 Mai 21 | Eco/bio/veggie, Yoga | 0 commentaires

Le yoga n’est pas simplement une forme de mouvement, le yoga postural n’est en fait que l’une de ce que l’on appelle les 8 branches du yoga.

Sans trop entrer dans le détail et pour simplifier un peu, ces 8 branches décrivent les différents aspects qui sont les fondements d’un style de vie yogique. On y parle de valeurs, de manière de travailler notre corps et notre esprit, pour atteindre l’union entre les deux, mais aussi peut-être avec quelque chose de plus grand.

La branche dont j’aimerais vous parler aujourd’hui, c’est l’un des principes éthique que l’on nomme: Ahimsa, qui veut dire non-violence et compassion. On ne parle pas uniquement de violence physique, mais aussi verbale, mentale et émotionnelle. C’est aussi le principe qui a guidé Gandhi dans sa lutte pour l’indépendance de son pays.

Ahimsa veut aussi dire: “ne nuire à aucun être vivant”, ce qui comprend aussi les formes de vies non humaines, comme les animaux et les végétaux. Alors pour respecter totalement ce principe, il faudrait vivre comme un moine qui balaye devant lui en marchant pour ne pas écraser de fourmis et se nourrir uniquement d’air ? Il y a un entre deux. Quand on découvre l’univers du yoga, on apprend à étendre sa sphère de considération, à voir le monde comme un tout, où nous sommes tous connectés. C’est en découvrant tout ça, que je me suis rendu compte que je n’avais plus envie de manger des animaux et je pense que c’est ce qui arrive à bon nombre de yogis.

On peut prendre ici le lien avec l’animal, le fait de prendre une vie en le tuant pour se nourrir. Mais on peut aussi prendre le lien avec la nature, l’écologie et notre consommation démesurée, bien au-delà de la nécessité de se nourrir. Se rendre compte de l’étendue de nos actes si anodins, si profondément ancrés dans notre culture, mais totalement déconnectés des conséquences que ça engendre.

Grâce à mes études en nutrition, j’ai eu la confirmation que la consommation de viande, n’était pas nécessaire pour être en bonne santé, et même souvent néfaste. Venant d’un prof qui disait préférer les animaux dans son frigo, cette formation a balayé tous les derniers doutes que je pouvais encore avoir sur le sujet.

Mais pour moi, les principes de compassion et de non-violence doivent avant tout être appliqués à soi-même. Bien-sûr pas dans le sens: “après-moi le déluge”, mais surtout dans le fait de ne pas s’auto flageller, si on n’arrive pas à renoncer totalement à la viande par exemple. Le fait de manger en conscience, est un premier pas pour avancer sur son propre chemin vers une vie plus en accord avec la nature. Ne plus simplement faire parce qu’on a toujours fait comme ça, sous couvert de tradition ou d’habitude. Mais se questionner, se renseigner, essayer et avancer à son propre rythme. Être à l’écoute de soi, de son corps, de ses valeurs, ce sont des choses que l’on peut ressentir dans ses tripes. Changer ses habitudes n’est pas chose facile, mais on peut se rappeler cette citation de Robin Sharma que j’aime beaucoup:

“Tout changement est difficile au début, compliqué au milieu et magnifique à la fin”.

L’état de bien-être que l’on ressent lorsqu’on est totalement aligné avec ses valeurs est la meilleure des récompenses.

Je suis dispo pour discuter de ce sujet qui me passionne, alors n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en commentaire ou alors à m’écrire par message privé sur Instagram @tina.lumai .

A tout bientôt,

Tina

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.